Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le monde bousculé

 

Le coronavirus a conditionné – et conditionne encore – les modes d’existence dans tous les pays du monde. Des épisodes divers, confinement (ou non), déconfinement, course au vaccin, « réinvention » ( ?) …etc.

Parmi les actions et évènements, nous notons le fameux “plan de relance européen”, tellement encensé par le gouvernement et qui mérite une analyse plus fine pour explorer  la réalité de ses titres de gloire tant vantés par la macronie.

Comme si la pandémie ne suffisait pas, la déflagration meurtrière et dévastatrice libanaise et sa crise politique ont semblé « mobilisé le monde », j’utilise cette expression avec de nombreux guillemets, car il nous faudra démêler, dans cette commisération internationale, et particulièrement française, les motifs désintéressés de ceux qui le seraient moins, au vu, par exemple, de la situation géopolitique locale.

Le Niger, notre pays et plus généralement le Sahel ont été touchés par l’assassinat de deux nigériens et de six français, sans doute membre d’une ONG, qu’ils accompagnaient sur le terrain. Il convient de s’interroger à nouveau sur les raisons de ces crimes et sur le rôle de notre pays dans cette région et ses véritables motivations.

En France, sévissent toujours la Covid 19, les crises économique et sociale auxquelles s’ajoutent une canicule prévisible, signe pourtant évident  de transformation due au réchauffement de la planète, que de trop nombreux acteurs économiques et politiques s’efforcent de ne pas voir.

Une semaine chargée commence, souhaitons qu’elle amène avec elle des raisons d’espérer de véritables progrès et améliorations parmi tous les problèmes rencontrés par notre terre et ses habitants.

 

Prenez soin de vous

C.H

 

Á noter : Si vous êtes intéressés, vous pouvez vous abonner via la Newsletter, dans la colonne de droite. Vous pouvez aussi commenter, ci-dessous, ou proposer des thèmes de billet ou, pourquoi pas, des billets à éditer ici, via l'enveloppe contact en haut de la colonne de droite. Tout cela m’encouragerait à persévérer dans la rédaction de ce modeste carnet. Á bientôt. 

   

Les commentaires sont fermés.