Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Élucubrations du 09 Décembre 2020

politique,smic,salaires,pensions,revenus,experts,justice socialeSalut d’Hector !

Silencieux depuis quelque temps, et ce n’est pas à cause du masque, je reviens sans aucune envie de rire ! Ils en ont à peine parlé, les médias, ils ont tout juste effleuré le sujet, et ça m’a foutu en boule. C’est peut-être un peu vulgaire, mais on ne se refait pas. D’autant qu’ils font tout pour, le gouvernement, les « experts » (ils m’énervent ceux-ci) et les journaleux de service (ils m’énervent aussi de plus en plus, d’ailleurs). C’est ici que j’ai eu l’info, dans le journal l’Insoumission.

Vous allez comprendre. Le « Groupe d’experts sur le Smic », conseille, dans son dernier rapport, au gouvernement, de ne pas  donner de « coup de pouce au smic » en 2021 ! Et Jean Cstex s’empresse d’approuver, comme tous ses prédécesseurs, depuis au moins huit ans. Mais qu’est-ce donc que ce machin-là, « le coup de pouce » ? Ce serait peut-être une petite augmentation ? Je dis bien « petite », car coup de pouce n’évoque qu’un petit geste, non ? Quel mépris pour un très grand nombre de salariés, dont beaucoup étaient applaudis et félicités, lors du premier confinement. La raison invoquée de laisser les smicards (pas du tout volontaires) sur leur faim serait de favoriser l’emploi. Si, si ! La novlangue libérale, quoi.

Mais c’est quoi ce « groupe d’experts » ? Vous aurez remarqué qu’on nous bombarde des experts pour tout et partout, désormais, en commissions, sur les écrans ou encore à la radio etc. Ceux-là ont été nommés en 2017, si mes renseignements sont exacts, au nombre de six, à parité, je crois. Leur qualité et qualification ? Économistes –distingués, disait-on autrefois, en raison de leur sérieux apparent et guindé – à l’l OCDE, prof à Polytechnique, direction de recherche au CBRS. Du gratin, en somme, qui n’a pas à résoudre chaque mois l’épineux problème de pourvoir aux besoins vitaux essentiels. Gouvernants et experts préfèrent évitent de penser qu’ils atteignent gravement la dignité des « gens d’en bas ».

Il me semble pourtant, qu’un revenu « minimum » - salaire ou pension - devrait être de 1400 € nets mensuels, et même un peu plus, ce qui permettrait de consommer normalement et générerait ainsi de la croissance (réelle celle-là) et donc de l’emploi. Tout dépend du point de vue où l’on se place, par rapport à l’idée qu’on s’en fait, comme dirait l’autre.

 

Deux petites crétineries, en guise de dessert :

Laurent Berger : « Il faut se déconfiner de la haine et de la connerie » 03.11.2020 l’Obs

Jean Castex : «Le meilleur moyen de soulager l'hôpital, c'est de ne pas tomber malade», à Marseille, le 24.10.2020. Galéjade ?

Faites gaffe à vous.

Salut d’Hector.

Les commentaires sont fermés.